Les Portraits

Christophe fut l’une des premières personnes que j’ai rencontrées  quand je me suis installé à la manufacture. À cette époque, il exposait ses sculptures et 2 séries de ses tableaux dans le salon Nizet. À ce moment, je ne faisais pas encore de reproduction d’œuvre d’Art, car je n’avais d’une part, jamais eu de demande pour puis, j’avoue que ça ne m’était encore jamais venu à l’idée.

Seulement, il faut bien avouer que Christophe à quelque chose de particulier qui nous a assez vite rassemblés, la « mise en scène ». Je viens du théâtre. J’ai fait 6 ans de formations dans en « Art du spectacle théâtral » et c’est pendant cette période que je me suis spécialisé en photo de scène vivante.
Du coup, j’ai rapidement et l’envie de prendre quelques photos. J’avais l’impression d’être sur une scène de théâtre à la différence près que cette fois, il n’y avait pas d’être « humain » vivant sur scène, mais des sculptures. Étrangement, celle-ci me paraissait bien vivante à leurs  façons. Alors, je sais que mes paroles peuvent paraître triviales pour certaines personnes qui me liront, mais, il faut bien se rendre compte qu’a cette époque, je n’avais pour ainsi dire aucune connaissance dans les sculptures. Il faut bien que j’avoue que c’était un domaine que je ne connais pas et qui ne m’attirait pas plus que ça…

Mais, il s’agit de Christophe Souques. C’est un artiste et il est talentueux au point de me faire voir à moi, qu’une sculture, ça vie et ça peut-être très expressif et remplie d’histoire. Rajoutant à ça une mise en scène donc il a le secret et nous pouvons nous retrouver devant un spectacle bien vivant.

Il ne m’a donc pas fallu longtemps ( 2 jours dans mes souvenirs ) pour sortir mon appareil photo et prendre quelques clichés.

On peut dire que mon travail de reproduction à donc commencées à ce moment bien qu’il ne s’agisse pas de « reproduction » en sens propre du terme. Je l’appel plutôt « Mise en scène d’oeuvre ». Une « reproduction » de sculture et par définition impossible avec le medium qu’est la photographie donc…
Par la suite,